J’ai créée une association de parents d’élèves au MAROC

Créer une association est possible au MAROC. Les textes de loi sont clairs, et il en existe d’ailleurs un nombre impressionnant (130 000 en 2016 – source).

Et pourtant. La création d’une association et sa vie dans le temps n’est pas si simple. Je raconte ici comment je suis passé de l’idée à la réalisation, les étapes administratives à suivre, les difficultés et les points de vigilance.

 

Pourquoi l’idée d’une association de parents d’élèves a germé :

L”inscription de mon enfant dans une école privée bilingue répond à un choix personnel. Le choix de l’institution à même de répondre à l’idée qu’avec ma femme je me fais d’une école moderne a pris un peu de temps, mais dans l’ensemble et au vu des échos et du marché, je pense avoir fait le bon choix.

Par contre, je me sentais démunis vis-à-vis de l’école. Pour avoir entendu parlé de beaucoup d’abus dans le secteur de l’éducation, notamment en ce qui concerne les volets pédagogie et frais (qui augmentent très vite), j’étais loin d’être rassuré avec ces 3 questions :

  1. que faire si les frais augmentent trop vite.
  2. que faire avec un 2ième enfant
  3. que faire en cas d’imprévu personnel

Après, il y a le sujet de la qualité de l’enseignement. Je ne pourrais qu’accepter ce qui était décidé par l’administration, sans recours, sans discussion possible. Il faut absolument équilibrer ce pouvoir pour ne pas me retrouver dans une situation ou l’école m’impose une décision qui ne me convient pas. Bref ne pas se retrouver prisonnier d’un système.

Qu’avez-vous fait de Marinasmir

Cela représente Marinasmir pour moi :

marinasmirMarinasmir est la première marina au MAROC. Lancée au milieu des années 1990, cela représentait un pas énorme pour nous faire entrée dans le monde des bateaux de luxe et des sports nautiques, comme une sorte de modernité nouvelle.

J’y allais pratiquement chaque année et même si les tarifs pratiqués par les restaurants et autres divertissements me semblaient cher, je jouais le jeu (selon ma bourse bien sur).

Diner avec des amis en terrasse à Marinasmir était pour moi plaisant et prestigieux. Non pas que j’avais un 60 mètres en face. mais parce qu’originaire de Casa, cela me semblait un plaisir agréable auquel je n’avais pas accès dans ma ville.

Et chaque année, le plaisir était partagé pendant quelques jours (Marinasmir, Kabila, chiringuito, etc.) avec des amis. J’allais aussi en Espagne passer une partie de mes vacances, mais rien de semblait aussi agréable que de parler sa langue natale dans un chiringuito en face d’une marina

 

Quel est mon constat du Marinasmir d’aujourd’hui ?

J’ai été choqué lors de ma dernière visite (aout 2016). Dès le début, et avant même de stationner :