Mon premier triathlon Odarb : victoire

En premier lieu, la première chose à dire est que c’est à refaire. Beaucoup d’ajustements en terme matériel et entrainement pour ne pas autant souffrir, mais à refaire.

Je partage ici ce qu’il faut pour un premier triathlon en mode “finir seulement” en terme de préparatif et de matériel, avec quelques recommandations.

Je prépare un autre article ou je détaille les entrainements à faire. Je dis bien entrainement et non programme, puisque l’objectif est de finir, pas de faire le chrono.

Le sac avec les affaires pour votre premier triathlon est à préparer bien sur la veille.

Que doit contenir le sac de votre premier triathlon ?

Matériel de natation : maillot (ou trifonction), combinaison, bonnet et lunettes (de préférence anti reflet), vaseline (pour enlever la combi plus facilement)

Matériel de vélo à placer sur T1 : serviette (pratique pour mettre le cuissard vélo sans exposer sa nudité, et aussi s’essuyer les pieds), cuissard vélo, teeshirt, casque vélo, lunettes, ceinture cardio (ou pas), porte dossard, vélo et ses accessoires (ne pas l’oublier :-D), chaussures de vélo (si vous les utilisez), eau et ravito perso. Si comme moi, vous pédalez avec votre tenue de course, prévoyez une selle en mousse supplémentaire pour combler le manque de confort sur la selle du vélo, vos chaussures de running, chaussettes.
Matériel de course à pied : chaussures de running, casquette, eau, ravito solide.
Matériel pour la fin : eau (généralement fournie par l’organisateur avec un petit ravito de dépannage), serviette, veste pour éviter de refroidir trop vite

Ceci pour le matériel. Passons maintenant à l’organisation pratique.

 

Le jour J de votre premier triathlon :

Déjà, ne pas négliger le petit déjeuner, aussi complet que possible. Selon votre digestion 2 à 3 heures avant le départ. Le popo peut aider a être confortable.
Ensuite il est préférable d’y aller tôt. Sur certains triathlon, les transitions peuvent être éloignés, et donc il faut aussi prévoir le temps de déplacement.
Il y a aussi le temps de préparation des organisateurs : distribution des puces, inscription des numéros de dossards à l’épaule et mollet, etc.
Et puis c’est le premier, donc penser à immortaliser le moment par des photos, story publiques ou autres à votre convenance. Et si c’est le premier, regardez le matériel des concurrents en vélo. Cela vous fera déjà rêver à voir ces belles mécaniques, mais cela aussi vous permet de voir ce qui est pratique en triathlon et quelles sont les marques les plus utilisés.

Avant le départ :

Préparez vos transitions en plaçant votre matériel dans le bon sens (celui ou vous allez l’utiliser, pas l’inverse). Vous trouverez quelques vidéos intéressantes sur Youtube.
Allez toucher l’eau, vous imprégner de l’ambiance. Aucun grand intérêt à vous lancer dans un sprint en crawl, mais faites des moulinets pour échauffez légèrement vos articulations et muscles. Soyez patient, ça va bientôt partir.

Le départ natation triathlon : à l’eau

Aucun intérêt à partir avec les premiers, vraiment aucun. Sauf si vous aimez vous faire bousculez. Prenez plutôt la droite ou la gauche (voire la fin comme moi). Les nageurs en fait foncent et ne voient pas devant eux. Et du coup, on se fait nager dessus à tous les niveaux de partout. Ça vient de droite, de gauche, limite d’en haut et d’en bas !!!!
C’est votre premier, pas de stress. Restez loin de la machine à laver. Essayer de tenir le rythme et n’hésitez pas à basculer en brasse au besoin.
Entre la brasse et le crawl, il y a une différence pour un nageur +/- débutant de 30 s pour 100m. Cela fait environ 5 à 6 min en différence. En fait cela fait plus en calcul mathématique, mais le compte y est tout simplement parce qu’en brasse, il est plus facile de se diriger vers les bouées versus le crawl où la dérive est régulière. Et la distance, l’énergie et le temps qu’on perd en changeant de direction est assez lourd quand même.
Tenez le coup surtout avec la respiration. Sortez de l’eau lorsque elle arrivera au genoux pour sortir en mode confort.

Première transition de votre triathlon S :

Retirer lunettes et bonnet en premier. Et gardez les en mains. Si vous avez une combinaison, c’est le moment de galère : il faut l’enlever vite. De toute façon ça va être difficile donc ne paniquez pas. Faites le doucement mais surement ça ira bien. Surtout qu’à ce moment, le cardio sera encore assez haut, en train de redescendre. Ne le faites pas monter juste avec le stress.
Ce qui va aider le plus, c’est la transition mentale que vous avez déjà faite. Si cela a été bien fait, vous aller le faire mécaniquement ou presque. Sinon, il vaut mieux prendre quelques secondes de plus et assurer que se précipiter et faire comme un pote qui a complètement oublié son dossard.
Je recommande donc cet ordre (je rappelle au passage que ma tenue de vélo est la même que la tenue de course à part le casque) : enlever lunettes, bonnet, combinaison, mettre le teeshirt, mettre une serviette et retirer le maillot, mettre le caleçon (ou pas), mettre le short, mettre le dossard à l’arrière, chaussette droite puis chaussure droite (ensuite la gauche), casque, lunette de vélo, prendre le vélo sans le monter et sortir de la transition.
Dès qu’on sort de T1, on accélère un bon coup pour prendre la vitesse souhaitée. Ce n’est qu’après que le ravito (eau, pate de fruit, gel ou autre) serait prit sans faire perdre de temps.

La partie vélo d’un triathlon Sprint :

Et à partir de la, moulinez, accrochez vous, parce que 20 kilomètres en entrainement, c’est une chose, mais 20 kilomètres avec des concurrents qui ont des vélos de contre la montre, c’est frustrant.

Je suis parti perso avec un VTT que je n’avais jamais vu d’ailleurs. Je l’ai emprunté à un pote la veille au soir. Pour un VTT, il est bien. Mais dans un triathlon, j’aurais fais surement un autre choix. Partir sur un VTT 26 pouces avec 3 plateaux, le plus grand ayant 44 dents, n’est pas le meilleur choix, même pour un premier triathlon. Si vous avez le choix partez avec un VTT au moins 29 pouces, voire louez un vélo de course si ce n’est pas trop onéreux.

Bref, j’ai perdu pas mal de temps à cause du vélo et d’un problème mécanique (la chaine est sortie du grand plateau), mais dans mon mental confiant puisque je me foutait du temps, il me fallait juste rester frais pour la course à pied.

Deuxième transition de votre premier triathlon et partie course à pied :

Arrivé à la transition 2, il faut descendre du vélo avant d’arriver devant le juge. Pousser le vélo jusqu’à son emplacement. En terme d’ordre je vous recommande de poser le vélo en premier avec de prendre votre matériel.

Pour ma part, je n’ai fait que poser mon casque et prendre ma casquette. 

Par contre, l’arrivée au T2 est éprouvante, parce que la descente du vélo n’est pas simple. Passer du moulinage à trottiner, puis à courir est loin d’être évident. Il faut vraiment y aller mollo le temps que les muscles décompressent.

C’est une phase difficile, voire la plus difficile. Je me disais toi le marathonien et t’arrive pas à courir ??!!  Et avec la chaleur de la journée et des efforts déjà fournit, il faut rester motiver. Heureusement, ce n’est pas une grande distance pour moi, et en plus au finish, donc je n’ai pas trop surveiller le cardio et j’ai foncé.

Lien vidéo: https://www.facebook.com/clubodarb/videos/2487127898279700/

Au final, une grande victoire pour moi puisque je l’ai finit ce qui était mon premier objectif, mais avec beaucoup de souffrance à cause du matériel vélo, ce qui a impacté la course. La bonne nouvelle est que ma marge de progression sera importante.

Abonnez-vous à ma chaine youtube pour ces même conseils en vidéo. Je ferais aussi bientôt un article sur les entrainements nécessaires pour votre premier triathlon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *