Périostites tibiales (aponévrose du tibia)

Les périostites tibiales vont par 2.

Cette gêne touche à la fois le tibia droit et le gauche.J’ai commencé à la ressentir après une course sur route de 10 km fin février. Les raisons de cette blessure ? Essentiellement les chaussures. Je cours avec des Asics Gel Fujitrabuco4 (voir article sur mon matériel en course à pied), essentiellement en forêt et pour les courses en ville. Elles sont très bien mais j’ai ressentis les douleurs au bout de 350 – 400 km. Il faut dire qu’après avoir cherché, je me suis rendu compte que ce modèle Asics est plus pour les légers. Du coup, j’ai compris ma blessure : je cours avec une chaussure trail sur goudron. sur les 400 km environ, j’ai dut faire environ 100 km sur goudron. C’est pas énorme, c’est vrai. Sauf que je suis lourd et que donc l’amorti a du s’en ressentir.

Bref, la périostite (shin split en anglais) est appelé médicalement aponévrose du tibia. Sans rentrer dans les grandes explications que vous pourrez trouver ici par exemple :

Ressentir les périostites tibiales :

Pour moi, il s’agit d’une douleur légère, ressemblant à un petit tiraillement au milieu du tibia. Elle se manifeste à la course, à chaque fois que le pied touche le sol. Plus le sol est dur (goudron, ciment), plus je la ressentais. Elle est gênante en course : je pouvais courir avec le tiraillement. Ceci étant, la douleur n’était pas forte au point de me faire arrêter immédiatement.

 

Comment je l’ai soigné :

Tout d’abord, comme à chaque blessure, du repos. J’ai détecté ma périostite fin février début mars. J’ai tenu le coup jusqu’au 15 km de Bouskoura (19 mars 17) avec un entrainement light. Après cette épreuve, je ressentais un petit pincement à chaque pas, même en marchant, ce qui n’est pas top.

Au final : arrêt de la course à pied juste après (fin mars). Je me suis permis de maintenir le judo, un peu de vélo elliptique et de la musculation (2 à 3 fois par semaine).

Ensuite, glace tous les soirs pendant 3 à 4 semaines. En fait, la douleur au quotidien a rapidement disparut, mais je sentais qu’elle était toujours la dès que j’esquissais 2 ou 3 pas de courses (pour vérifier uniquement, pas pour un 10 km bien sur).

J’ai quand même raté une échéance secondaire que je m’étais fixé : semi marathon d’Agadir du 23 avril. Mais bon pas grave, puisque mon objectif était de me reposer pour être prêt pour un super mois de mai. 3 courses au programme: 10 km de Rahal, 15 km de Mazagan et semi de casablanca

Quelques conseils pour soigner et prévenir une périostite :

 

J’ai même essayé du tapping :

J’ai essayé le tapping acheté en parapharmacie (Sabem à 120 dh). Je l’ai posé directement et personnellement en suivant les recommandations de cette vidéo ou de cette autre

 

Je suis guéri de mes périostites :

Au final et après un mois de repos, j’ai enchaîné 3 courses au moi  de mai (10 km de Rahal, 15 km de Mazagan et semi de casablanca) sans aucun problème et quelques courts entrainements de 30 minutes chaque en juin (pendant ramadan).

Le plus important surtout est que j’ai changé mes chaussures pour des Mizuno Wave Creation (voir la fiche sur boutique marathon et sur i-run)

 

Je suis à plus de 100 km avec actuellement et je ferais un post spécial pour vous en parler bientôt.

 

1 thought on “Périostites tibiales (aponévrose du tibia)”

  1. coucou, et bien ravie de tomber sur ton article aujourd’hui, je suis en plein dedans. Je souffre de ma périostite, (où, sans savoir ce que j’avais,) j’ai forcée dessus, et quand je me suis rendue compte que je n’arrivais pas à courir plus de 800 mètres sans devoir m’immobiliser, j’ai sentie que l’heure était grave. Bref, j’attend mes premiers soins de kiné et de Tapping espérant que cel me soulage et que je reprenne vite. Je cours avec des Asics gel ds-trainer 21, j’ai toujours été bien dedans. Voilà. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *